Les Francas s'engagent aux côtés des enfants réfugiés !

La France s’apprête à recevoir dans les deux prochaines années environ 30 000 réfugiés dont un tiers d’enfants en âge d’être scolarisés. Même si l’on parle d’afflux sans précédent, seule une minorité de ces hommes, de ces femmes et de ces enfants ayant fui leurs pays en guerre arrive en Europe. Leur motivation première est tout simplement de ne pas mourir. Nous nous devons de leur permettre de vivre dignement, en les accueillant de façon chaleureuse, solidaire, confiante et apaisée. 

Pour les Francas, attachés aux valeurs d’humanisme et de solidarité, ayant réaffirmé dans leur projet leur aspiration à une société fraternelle ouverte à la diversité, l’accueil de ces réfugiés constitue un droit humain et un devoir de la République au nom du droit d’asile reconnu par la Convention de Genève de 1951 et inscrit dans la Constitution. 

La priorité donnée aujourd’hui par l’État et les collectivités, à juste titre, à l’hébergement d’urgence des réfugiés, ne doit pas occulter le droit à l’éducation et aux loisirs de leurs enfants, pour leur permettre demain de se reconstruire comme personnes et de construire leur avenir. 

La Convention internationale des Droits de l’Enfant, ratifiée par la France, précise qu’un enfant, seul ou accompagné de ses parents, « qui cherche à obtenir le statut de réfugié ou qui est considéré comme un réfugié » doit bénéficier « de la protection et de l’assistance humanitaire voulues pour lui permettre de jouir [de ses] droits  » (article 22), dont le « droit à l’éducation » (articles 28 et 29) et le « droit aux loisirs » (article 31). 

La Fédération nationale des Francas mobilise dès à présent son réseau fédératif pour répondre aux besoins des réfugiés et accueillir leurs enfants dans ses structures éducatives périscolaires et extrascolaires, dans un dialogue avec les partenaires publics, État et collectivités territoriales. 

Par la formation des éducateurs et avec les enfants, les Francas, en tant que mouvement d’éducation populaire, s’attachent également à déconstruire les stéréotypes et les préjugés aujourd’hui véhiculés sur l’arrivée massive de migrants réfugiés en promouvant l’échange, la connaissance et le respect mutuel.

Classé dans : Edito - Mots clés : aucun

Écrire un commentaire

Quelle est la première lettre du mot qfopr ? :