Résolution générale de la fédération nationale des Francas - mai 2016

Avec les Francas, agir chaque jour pour la cause des enfants et des adolescents

 

Les Francas saluent la création d'un département ministériel de l'Enfance, le vote d'une loi réformant la protection de l'enfance et la création d'un Conseil National de la protection de l'Enfance. Ils notent avec intérêt que le ministère de l'Education nationale a fait d'une "école bienveillante" un élément central de la refondation de l'école de la République, même s'il reste souvent à passer des textes aux actes pour l'ensemble de l'institution et des acteurs éducatifs concernés.

Pour autant, les Francas dénoncent une application largement imparfaite par la France de la Convention internationale des droits de l'enfant. Ils avaient pour cela contribué, au sein d'Agir Ensemble pour les Droits de l'Enfant, à l'écriture collective d'un rapport alternatif adressé à l'ONU en 2015. Lors de l'audition de la France en janvier 2016, le Comité des droits de l'enfant des Nations Unies (CRC) a largement pointé les insuffisances de la France dans ce domaine.

Plus d'un million d'enfants vivent aujourd'hui en France en situation de pauvreté selon l'Observatoire des inégalités, de plus en plus d'enfants et de familles vivent dans la précarité, l'accès même aux loisirs éducatifs des enfants et des adolescents est marqué par de fortes inégalités. le bilan de l'Unicef Innocenti 13 (2016), qui étudie la question du bien-être des enfants à partir notamment de la perception des enfants eux-mêmes, fait état de résultats préoccupants. Il confirme que dans la vie des enfants, les revenus de la famille, l'éducation, la santé, le sentiment de satisfaction dans la vie sont fortement corrélés, un retard dans l'un de ces domaines étant susceptibles d'entrainer ou de renforcer un retard dans un autre. La France accuse également un retard important dans la prise en compte des enfants à besoins particuliers. Par ailleurs, le sort réservé à bien des enfants migrants et à leurs familles, l'attitude de suspicion et de non prise en charge réelle de nombreux mineurs isolés étrangers, sont indignes d'un pays ayant signé la Convention internationale des Droits de l'enfant.

Dans leur projet "Avec les enfants et les jeunes, enemble pour l'éducation ! ", les Francas appellent à agir sur les conditions de vie des enfants et des adolescents dans une visée bienveillante et émancipatrice. Par leur action quotidienne auprès des enfants et des adolescents sur leurs territoires de vie, ils promeuvent une meilleure prise en compte des besoins éducatifs, sociaux, culturels, économiques, de la petite enfance à l'adolescence. Ils soulignent que le bien-être de l'enfant et l'action éducative sont des constituants indissociables de l'éducation pour contribuer à l'émancipation. Pour les Francas, agir pour l'intérêt supérieur des enfant et des adolescents, quelles que soient leurs situations, est une attitude qui incombe à chaque instant à tout adulte en relation avec des enfants, tant dans les espaces éducatifs que sur les territoires.

Les Francas revendiquent une application pleine et entière de la Convention internationale des Droits de l'enfant. Ils apportent leur soutien à toutes les organisations qui, à travers le monde, agissent dans ce sens. En France, ils posent l'exigence que chaque enfant et chaque adolescent présent sur le territoire accède à l'exercice effectif de ses droits et de ses libertés. Ils agissent pour que la Convention internationale des Droits de l'enfant devienne le cadre de référence pour tous les acteurs éducatifs et pour les pouvoirs publics à tous les échelons territoriaux.

Fédération de structures et d'activités éducatives, ils revendiquent plus particulièrement la mise en oeuvre par l'Etat d'une politique publique nationale d'accès aux vacances et aux loisirs et un soutien aux accueils collectifs de mineurs.

Mouvelent d'éducation populaire, les Francas appellent l'ensemble des acteurs éducatifs, des élus et des cityens impliqués dans le cadre de la mise en oeuvre des projets territoriaux, à mieux considérer l'action éducative locale du point de vue de l'enfant, par une prise en compte plus effective de ses besoins et de ses rythmes, de ses droits et de ses intérêts, de son expression et de sa participation à la vie de la cité.

Agir chaque jour pour la cause des enfant et des adolescents.

Les Francas appellent toutes celles et tous ceux qui agissent chaque jour pour l'enfance, par l'éducation, à les rejoindre pour soutenir cette cause.

 

Les Francas s'engagent aux côtés des enfants réfugiés !

La France s’apprête à recevoir dans les deux prochaines années environ 30 000 réfugiés dont un tiers d’enfants en âge d’être scolarisés. Même si l’on parle d’afflux sans précédent, seule une minorité de ces hommes, de ces femmes et de ces enfants ayant fui leurs pays en guerre arrive en Europe. Leur motivation première est tout simplement de ne pas mourir. Nous nous devons de leur permettre de vivre dignement, en les accueillant de façon chaleureuse, solidaire, confiante et apaisée. 

Pour les Francas, attachés aux valeurs d’humanisme et de solidarité, ayant réaffirmé dans leur projet leur aspiration à une société fraternelle ouverte à la diversité, l’accueil de ces réfugiés constitue un droit humain et un devoir de la République au nom du droit d’asile reconnu par la Convention de Genève de 1951 et inscrit dans la Constitution. 

La priorité donnée aujourd’hui par l’État et les collectivités, à juste titre, à l’hébergement d’urgence des réfugiés, ne doit pas occulter le droit à l’éducation et aux loisirs de leurs enfants, pour leur permettre demain de se reconstruire comme personnes et de construire leur avenir. 

La Convention internationale des Droits de l’Enfant, ratifiée par la France, précise qu’un enfant, seul ou accompagné de ses parents, « qui cherche à obtenir le statut de réfugié ou qui est considéré comme un réfugié » doit bénéficier « de la protection et de l’assistance humanitaire voulues pour lui permettre de jouir [de ses] droits  » (article 22), dont le « droit à l’éducation » (articles 28 et 29) et le « droit aux loisirs » (article 31). 

La Fédération nationale des Francas mobilise dès à présent son réseau fédératif pour répondre aux besoins des réfugiés et accueillir leurs enfants dans ses structures éducatives périscolaires et extrascolaires, dans un dialogue avec les partenaires publics, État et collectivités territoriales. 

Par la formation des éducateurs et avec les enfants, les Francas, en tant que mouvement d’éducation populaire, s’attachent également à déconstruire les stéréotypes et les préjugés aujourd’hui véhiculés sur l’arrivée massive de migrants réfugiés en promouvant l’échange, la connaissance et le respect mutuel.

 

Les Francas de l'Eure

71, rue St Louis
27000 Evreux
Tel: 02 32 39 32 46
mail: francas27@francasnormandie.fr
blog:  www.francas27.info

Les Francas
de Seine-Maritime

451, rue Léon Blum
76300 Sotteville-lès-Rouen
Tel: 02 35 12 46 17
mail: francas76@francasnormandie.fr
blog:  www.francas76.fr

Les Francas:
la Fédération Nationale

10-14, rue Tolain
75020 Paris
Tel: 01 44 64 21 00
site web:  www.francas.asso.fr